Chirurgie pré-implantaire et implantaire

Pourquoi opérer ?

Il faut savoir que la perte des dents s’accompagne avec le temps d’une perte de volume osseux qui rend impossible la mise en place des implants. Une mise au point consistant en un dental scan, permet d’évaluer la qualité et la quantité de l’os disponible au niveau des sites implantaires.

S’il n’y a pas assez de volume osseux, il faut réaliser une étape chirurgicale supplémentaire qui consiste à greffer de l’os. Deux types de greffes sont pratiqués : les greffes d’apposition et les greffes de comblement.

Les greffes d’apposition sont réalisées sur le maxillaire ou sur la mandibule quand la largeur osseuse est insuffisante pour permettre le placement d’un implant de diamètre correct ou lorsque l’axe du futur implant nécessite un remodelage du contour osseux.

Les greffes de comblement sont réalisées au niveau des sinus maxillaires (sinus lift) pour rétablir une hauteur osseuse suffisante qui permette la mise en place d’un implant de longueur optimale. On peut aussi décider lors d’une extraction dentaire chez un patient qui désire un remplacement par implant, de combler l’alvéole d’emblée pour éviter un affaissement trop important du relief osseux pendant la cicatrisation.

Le matériau utilisé est dans la plupart des cas, de l’os de banque issu de donneur. Lorsque des quantités plus importantes sont indispensables, il se peut que l’on propose de prélever de l’os au niveau de la mandibule, du maxillaire ou du crâne. Les greffons sont parfois fixés sur le site receveur au moyen d’une vis d’ostéosynthèse et ils sont toujours recouverts d’une membrane de collagène qui les isole de la gencive pour permettre une meilleure intégration à l’os avoisinant.

Ces différentes interventions sont réalisées sous anesthésie locale ou générale, les modalités sont discutées à la consultation.

 

Risques et complications

  • gonflements et douleurs sont habituels mais sont sensibles aux traitements anti-inflammatoire et antidouleur.
  • infection : dans tous les cas un traitement antibiotique est prescrit et le risque d’infection est donc relativement rare. Dans certains cas de sinus lift une sinusite peut survenir et rendre nécessaire une intervention supplémentaire.
  • saignement souvent léger et dans les cas de sinus lift il peut siéger au niveau de la narine correspondante.
  • échec : le greffon ne « prend » pas et on doit l’enlever ou il ne prend que partiellement et une intervention complémentaire est requise.
  • dans quelques cas des fils non résorbables sont employés et doivent donc être enlevés une dizaine de jours plus tard.

Il faut attendre trois à quatre mois avant de placer les implants. Une mise au point par scanner est redemandée pour une nouvelle évaluation du volume d’os disponible.

On peut, pour certains cas particuliers, confectionner un guide « radiologique » (appareil à placer dans la bouche lors du scanner avec des marqueurs qui seront visibles sur les images) pour simuler la mise en place des implants sur un ordinateur, ce qui augmente la précision de placement par rapport à toutes les structures voisines (reliefs osseux, racines des dents adjacentes, nerfs, sinus) et par rapport aux dents de la mâchoire antagoniste. Ce guide radiologique permet la réalisation d’une structure placée en bouche lors du placement des implants et qui reproduit la simulation effectuée sur l’écran. On peut également prévoir une mise en charge immédiate (placer une dent provisoire sur l’implant) à condition que les implants placés offrent une bonne stabilité et que l’hygiène soit irréprochable.

Les implants sont vissés dans l’os, sous anesthésie locale, et ne demandent qu’une petite ouverture de la gencive. Les suites opératoires sont semblables à celles des extractions dentaires et une prescription d’antidouleurs, d’anti-inflammatoires et d’antibiotiques sera nécessaire.

Il faudra à nouveau attendre 3 mois pour les implants mandibulaires (mâchoire inférieure et 6 mois pour les implants maxillaires (mâchoire supérieure) avant de placer les prothèses.

Ce qu’il faut prévoir

Il est impératif d’arrêter préalablement de fumer depuis au moins 6 mois et d’avoir une bouche à l’hygiène irréprochable pour donner au greffon et aux implants toutes leurs chances d’intégration dans la masse osseuse.

Il faut également prévoir une interruption de travail de 5 à 10 jours.

Fichier à télécharger concernant la chirurgie implantaire et pré-implantaire

Icône PDF Estimation implant dentaire - greffe.pdf

Partager cette page :