L’infection nosocomiale est un des événements indésirables qui risquent de survenir lors de soins donnés aux patients. Le contrôle de ces infections est un défi de santé publique dans le monde. Ces infections nosocomiales sont favorisées notamment par l’évolution de la médecine aux techniques toujours plus invasives, par des patients de plus en plus âgés ou fragiles ainsi qu’une durée d’hospitalisation de plus en plus courte. Ces infections prolongent la durée d’hospitalisation des patients, conduisent à des actes diagnostiques et thérapeutiques supplémentaires et augmentent la morbidité ainsi que la mortalité.

Chaque hôpital est doté d’un comité d’hygiène hospitalière pour lutter contre les infections nosocomiales. Ce comité est composé de :

  • Les représentants de toutes les directions : médicale, infirmière, administrative et opérationnelle.
  • Des médecins (chirurgiens, internistes)
  • Des infirmières
  • Des pharmaciens
  • L’équipe d’hygiène hospitalière (mandaté par le comité d’hygiène hospitalière pour agir sur le terrain).

L’équipe d’hygiène hospitalière, aussi appelé équipe PCI (prévention et contrôle des infections) au sein de l’hôpital a pour but la prévention et le contrôle de ces infections. Elle est composée de :

  • 2 infirmières hygiénistes
  • 1 médecin hygiéniste
  • 1 microbiologiste

L’équipe PCI travaille en collaboration avec l’ensemble du personnel soignant afin d’assurer des soins de qualité adaptés à l’environnement hospitalier.

Les missions de l’équipe PCI sont transversales et présentes dans tous les domaines :

  • Effectuer une surveillance des infections,
  • Eviter l’apparition de processus épidémiques au sein d’un hôpital,
  • Favoriser au maximum la sensibilisation et la formation du personnel hospitalier ainsi que toutes les personnes qui gravitent autour d’un patient,
  • Mettre à jour les recommandations en prévention et contrôles des infections et s’assurer des bonnes pratiques sur le terrain,
  • Evaluer et rectifier les actions mises en place dans un but d’amélioration continue

L’équipe PCI est aidée dans leurs missions par les recommandations du Conseil Supérieur de la Santé, Sciensano, l’AVIQ mais aussi par des plateformes fédérale et régionales en hygiène hospitalière qui permettent une collaboration inter-hospitalière.

Afin de placer encore davantage la prévention des infections au cœur des préoccupations, il est primordial d’impliquer au mieux le patient dans ce processus de qualité.

Comment optimiser la prévention des infections à l'hôpital en tant que patients ou visiteurs ? 

L’hygiène des mains est la mesure la plus efficace des précautions générales dans la prévention des infections associées aux soins. Depuis plus de 10 ans, des campagnes nationales de promotion de l’hygiène des mains sont organisées par le SPF Santé Publique. La Clinique Saint-Pierre y participe chaque année.

En tant que patients ou visiteurs, vous êtes des acteurs incontournables dans la chaine de prévention des infections, notamment par l’hygiène des mains. Vous êtes donc invités à vous désinfecter les mains régulièrement et de manière adéquate.

Les BMR sont des bactéries qui ont acquis des résistances face à certains antibiotiques classiques. Les patients porteurs de BMR majorent leur risque de complications comme l’augmentation de la durée d’hospitalisation, l’augmentation de la morbidité et/ou de la mortalité. Ces BMR peuvent facilement se transmettre d’un patient à l’autre. L’hygiène des mains permet d’éviter cette transmission.

Les infections de site opératoire sont une des complications potentielles des interventions chirurgicales. Elles prolongent la durée de séjour, augmentent la morbidité et la mortalité.

Une bonne préparation du patient, pré et per-opératoire ainsi que l’utilisation correcte de l’antibioprophylaxie sont des éléments majeurs dans la prévention des infections.

Vous êtes aussi des acteurs incontournables dans le suivi des recommandations qui vous sont données pour la préparation de votre intervention mais aussi dans le repérage des signes pouvant évoquer une infection.

Chaque personne est naturellement porteuse de micro-organismes sur sa peau.

  • La peau est une barrière naturelle quasiment infranchissable pour les microbes.
  • Cependant, la mise en place d’un cathéter vasculaire entraine la rupture de cette barrière cutanée.
  • Dans certains cas, des microbes peuvent alors s’introduire dans cette brèche et provoquer une infection.
  • Cette infection peut être localisée ou se généraliser par une septicémie.

Il est important de sensibiliser le patient et son entourage à déclarer tout signe pouvant évoquer une infection ou un problème lié au cathéter.

Les infections des voies urinaires figurent parmi les infections associées aux soins les plus courantes. Parmi celles-ci, les sondes urinaires chez les patients hospitalisés constituent la source la plus importante d’infections.

Le fait de ne pas placer de sonde est la première mesure de prévention des infections urinaires. Cependant, une sonde urinaire est parfois indispensable. Le patient porteur d’une sonde peut alors être acteur pour la prévention d’infections urinaires en pratiquant une hygiène rigoureuse et en surveillant les signes d’infection.

Notre équipe PCI met tout en œuvre pour prévenir et diminuer les infections acquises lors des soins. L’expérience de terrain et la pro-activité sont des leviers d’action indispensables pour cette mission. De plus, la collaboration entre notre équipe PCI et les patients que nous accueillons à la Clinique Saint-Pierre, est un élément clé supplémentaire dans un processus d’amélioration continue. Merci à vous

  • Louise DOYEN 
  • Valérie VERBELEN
  • Sophie BROWET
  • Tatiana LEBRUN

pci@cspo.be